Sorcières – La puissance invaincue des femmes

Mona Chollet, éditions La Découverte, collection Zone, septembre 2018, 240 pages, version papier 18 €

Quel parallèle entre les sorcières du Moyen Âge, chassées et tuées, souvent au nom de Dieu, et notre époque actuelle ? A première vue, rien, et pourtant.

Femmes elles étaient, femmes nous sommes. Elles faisaient peur, on les tuaient. Aujourd’hui encore, combien de femmes sont maltraitées, tuées, malmenées, blessées, dégradées, juste parce qu’elles sont… femmes ? Et encore la France n’est pas le pire endroit où vivre.

Mona Chollet circonscrit son sujet dans une introduction que personnellement j’ai jugé un peu longue. Faire la synthèse des recherches menées sur le sujet des « sorcières » en une quarantaine de pages m’a semblé dommage. On sent qu’elle s’est retenue pour ne pas faire plus long sur un sujet qu’elle maîtrise et adore. Mais une fois sorti de là, quand elle dresse le portrait de ces trois catégories de femmes d’aujourd’hui qui, par choix, se situent hors de la norme et l’assument, le propos est lumineux et passionnant.

Femmes qui ne sont pas « en couple » ; femmes qui choisissent de ne pas avoir d’enfant ; femmes en pleine force de l’âge – voire âgées – qui assument leur vieillesse sans tenter de la masquer. Voilà ces trois types de femmes contemporaines qui ne se laissent pas porter par un courant bien-pensant, courant qui serait dirigé, dit-elle, par les hommes, trop contents de pouvoir maintenir leur pouvoir séculaire sur les femmes en les maintenant en couple, ou en les asservissant par des enfants, ou en flattant leur bon plaisir en tentant (voeu pieu) de malmener et faire mentir leurs corps pour se maintenir « jeunes à tout prix ».

On peut se reconnaitre dans telle ou telle catégorie – ou « anti-catégorie ». Et, si l’on est en couple, que l’on a des enfants, que l’on utilise teintures et chirurgies esthétiques, s’interroger sur nos raisons profondes qui nous poussent à agir ainsi. Pour changer, peut-être. Ou assumer, au moins, ce qui est déjà une libération énorme (l’exemple pris par l’auteur de ces femmes qui ont eu des enfants sans en avoir réellement envie, voire à regret, est à ce sujet éclairant. Elle en cite qui, en assumant ce fait, et l’amour qu’elles ont pour eux, indéniable,  ont libéré tout le monde – progéniture comprise – en avouant que c’est un fait, elles n’étaient peut-être pas faites pour ça. Certaines se sentiront peut-être soulagées à cette lecture (ce n’est pas mon cas, je précise pour mes filles chéries, autrices et par conséquent lectrices aussi de ce blog, et qui ont tendance à vouloir toujours  interpréter et analyser mes écrits au prisme de ce qu’elles me croient penser !!!).

La dernière partie enfin est un éclairage différent du développement, l’accent étant mis sur une façon nouvelle de voir le monde, écoféminisme brandi.

On pourrait en écrire bien plus encore… Mais il vaut mieux se réfugier dans le livre directement !

En bref, je recommande ce livre à:

  • toutes les femmes mères de filles ou de garçons (les femmes non mères se délecteront elles aussi…)
  • les hommes bien sûr ! qui peut-être, si ce n’était déjà le cas, porteront un regard différent sur ces femmes différentes du modèle porté d’habitude par la société, que parfois ils soutiennent, eux aussi, malgré eux ou pas.
  • à tous les jeunes (filles ou garçons), ou en tous, cas – car ce livre n’est pas accessible avant la Première ou Terminale – qu’ils le gardent sous le coude pour le lire quand ils seront un peu plus grands !

Marie-Eve

 

2 commentaires sur “Sorcières – La puissance invaincue des femmes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s