Le livre de ma mère

Albert Cohen, éditions Gallimard, collection Folio, 1954 (première parution), 192 pages

Albert Cohen écrit Le livre de ma mère en 1954 après la mort de sa mère. Ce livre lui est dédié, c’est un hommage. Dans ce livre, l’auteur écrit des moments ou des périodes de sa vie en mettant toujours en avant sa mère, les marques d’amour qu’elle lui portait. Albert Cohen utilise un champs lexical très vaste pour qualifier sa mère, il l’appelle: « ma Maman », « ma vielle Maman », « ma Maman malade » ou encore « ma petite fille chérie ».  J’ai trouvé ça très touchant, un fils qui parle comme ça de sa mère. Cela montre que Albert Cohen et sa mère n’ont pas seulement eu une relation  de fils et mère mais aussi de « père » avec sa « fille ».

Il y a un passage que j’ai beaucoup aimé, quand Albert Cohen raconte que quand il avait des insomnies il débarquait dans la chambre de sa mère, qui lui ouvrait comme si il ne l’avait absolument pas réveillé et écoutait ses préoccupations jusqu’à ce qu’il aille mieux.
Cependant pendant tout le livre, Albert Cohen regrette de ne pas avoir assez montré à sa mère son amour. Il se rend compte seulement après sa mort de l’amour immense qu’il lui a porté, et du fait qu’il ne le lui pas assez montré pendant qu’elle était vivante.
J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre et je le recommande absolument. On peut le lire dès le collège sans problème.
Peut-être qu’après on peut avoir envie de ne pas oublier de dire à sa maman à quel point on l’aime ?
Rose

Un commentaire sur “Le livre de ma mère

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s