La seule histoire

Julian Barnes, Mercure de France, Bibliothèque étrangère, mai 2018, 260 pages, 22,80 €

« Préféreriez-vous aimer davantage, et souffrir davantage ; ou aimer moins, et moins souffrir ? C’est, je pense, finalement, la seule vraie question. » Voilà l’incipit du livre, et le ton est donné.

Un homme se souvient de sa « seule histoire », car on a tous, dit-il, une seule et unique histoire d’amour, celle qui innerve toutes les autres, qui donne le ton, qui efface ou sublime « Un premier amour détermine une vie pour toujours : c’est ce que j’ai découvert au fil des ans », dit le narrateur un peu plus loin dans le livre (p. 94). Il raconte alors la sienne. Lire la suite « La seule histoire »

L’insoutenable légèreté de l’être

Milan Kundera, Folio, 1989, 1re édition Gallimard, 1984, 467 pages.

L’insoutenable légèreté de l’être, c’est un roman d’amour qui se déroule à Prague en 1968. C’est un livre assez fascinant, où comme souvent avec Kundera, on éprouve l’irrésistible envie de corner toutes les pages, tant elles fourmillent d’une multitude de réflexions philosophiques et extrêmement drôles sur l’amour, la politique, l’art, et bien plus encore (réflexions qui pourraient d’ailleurs tout à fait être recyclées à l’occasion de dîners mondains, si cela peut en intéresser certain-e-s 😊). Lire la suite « L’insoutenable légèreté de l’être »

Les beaux mariages

Edith Wharton, Les Belles Lettres, 2018, 1re édition française Robert Laffont, 1964, 562 pages, 15€

Une fausse nouveauté. Et un vrai classique ! « Les beaux mariages » d’Edith Wharton est réédité par les Belles lettres cet automne (première édition en 1964) c’est donc une nouveauté d’un point de vue du libraire. Mais pas vraiment puisque le texte est déjà paru. Quant à l’histoire. Et au style ! On est dans le plus pur classicisme ; on navigue entre Balzac, Flaubert, Henry James et Jane Austeen… Un régal. Lire la suite « Les beaux mariages »

Un amour exemplaire

Pièce au Théâtre du Rond Point (jusqu’au 18 novembre), d’après la bande dessinée de Daniel Pennac et Florence Cestac, éditions Dargaud, 2015, 64 pages, 16€, adaptée par Clara Bauer et Daniel Pennac.

Un très joli spectacle issu de la bande dessinée éponyme de Daniel Pennac et Florence Cestac. L’auteur raconte sa rencontre, quand il a 8 ans, avec Jean et Germaine, à La Colle-sur-Loup, petit village des Alpes maritimes. Jean et Germaine, la soixantaine amoureuse. Jean et Germaine, amoureux comme au premier jour. Jean et Germaine sans travail et sans enfant « parce que qu’est-ce qu’on en fait quand on s’aime ». Jean et Germaine moqués par les habitants du village, qui ne les comprennent pas (le récit des tables tournantes et de l’esprit frappeur chez la grand-mère de l’auteur est assez réussi !). Sortie (ou lecture) idéales un week-end de novembre brumeux et froid ! Lire la suite « Un amour exemplaire »

Surveiller et punir

Michel Foucault, 1975, éditions Gallimard, collection Tel, 360 pages

Il est difficile de parler de ce livre, qui fait 360 pages, très denses, en quelques lignes ! Mais s’il faut en noter quelques-unes (pour faire plaisir à ma mère 😊), les voici… Cet ouvrage détaille l’évolution des systèmes disciplinaires et d’enfermement (dans lesquels l’auteur range la prison bien sûr, mais aussi, de façon plus surprenante me semble-t-il, l’école, où l’hôpital). Et ce faisant, Michel Foucault interroge ce que nous apprennent ces structures sur les relations de pouvoir au sein de la société, ainsi que le contrôle de la société sur les corps. Lire la suite « Surveiller et punir »

Nagori

Ryoko Sekiguchi, éditions P.O.L, octobre 2018, 136 pages, 15€

Livre à ne surtout pas mettre entre les mains de qui avait déjà envie d’aller au Japon (c’est mon cas…), sinon l’envie risque de devenir irrépressible. Toute la finesse, tout l’exotisme japonais y sont représentés.

Ce livre est un OLNI. Objet littéraire non identifié. Un récit et une leçon sur « nagori », terme japonais que l’auteur définit en plusieurs pages tellement la notion est subtile, mais qu’on peut tenter de résumer en « arrière-saison », ou « nostalgie de la saison qui vient de nous quitter ». Mais il est aussi un condensé de la subtilité japonaise, une explication des haïkus, un traité de cuisine, ou encore une réflexion sur le temps qui passe, ou sur la magie de la rencontre. En bref, un livre iconoclaste et inclassable.

Lire la suite « Nagori »

La nuit du cœur

Christian Bobin, éditions Gallimard, septembre 2018, 202 pages, 18€

Livre achevé cette nuit et je suis touchée au cœur justement. J’ai tenté de respecter ce livre magnifique publié dans la collection Blanche, dans un format inhabituel, en me contentant de noter les pages que j’aimais, mais très vite, le livre s’est retrouvée corné, gribouillé, souligné, entouré. Bercée par les mots, tous les mots, qui dansent sur la page et portent et transportent. Ce livre est un poème, une longue lettre d’amour, emplie de mysticisme (« Quand la lettre d’amour est parfaite, ce n’est même plus l’histoire de celui ou celle qui la reçoit »  sont les mots qui achèvent le livre). Lire la suite « La nuit du cœur »