Un amour exemplaire

Pièce au Théâtre du Rond Point (jusqu’au 18 novembre), d’après la bande dessinée de Daniel Pennac et Florence Cestac, éditions Dargaud, 2015, 64 pages, 16€, adaptée par Clara Bauer et Daniel Pennac.

Un très joli spectacle issu de la bande dessinée éponyme de Daniel Pennac et Florence Cestac. L’auteur raconte sa rencontre, quand il a 8 ans, avec Jean et Germaine, à La Colle-sur-Loup, petit village des Alpes maritimes. Jean et Germaine, la soixantaine amoureuse. Jean et Germaine, amoureux comme au premier jour. Jean et Germaine sans travail et sans enfant « parce que qu’est-ce qu’on en fait quand on s’aime ». Jean et Germaine moqués par les habitants du village, qui ne les comprennent pas (le récit des tables tournantes et de l’esprit frappeur chez la grand-mère de l’auteur est assez réussi !). Sortie (ou lecture) idéales un week-end de novembre brumeux et froid !

L’amour exemplaire, on croit au début que c’est le récit de ce couple unique, amoureux. Mais je pense que cela va plus loin. C’est le récit de l’amour de cet enfant de 8 ans, le petit Daniel donc, qui « décide » car il s’agit là d’une décision, intrigué par ce couple hors du commun, de les aimer tous deux d’un « amour absolu ». Un amour sans limites, non conditionné à une éventuelle réciprocité. Un amour qui se satisfait d’une simple présence. Le petit Daniel cherche le moindre prétexte pour être là avec eux, tout simplement, les écouter s’aimer, se regarder, et se faire la lecture.

Car l’amour exemplaire c’est ça aussi. L’amour inconditionnel des livres et de la lecture. Les livres forment un des fils rouge de ce récit, livres qui permettent à Jean et Germaine de vivre sans travailler (la vente d’un des livres rares légués par un parrain leur permet largement de vivre), de s’aimer, de passer le temps, de s’endormir aussi… et au narrateur de tomber en amour dans les livres. Entendre ce récit donnerait envie à n’importe quel jeune qui n’aime pas lire de se plonger avec délices dans les aventures de Don Quijote ou du Docteur Jivago.

La pièce est magnifiquement servie par les dessins de Florence Cestac, la plupart réalisés sur scène en direct et projetés sur grand écran. On sourit et on est ému par cet amour exemplaire, raconté à hauteur d’enfant, et qui a forgé un destin d’adulte.

Alors cette pièce, ou ce livre, ils sont pour qui ? Pour tous les amoureux de la vie, les amoureux de l’amour, les tendres, ceux qui aiment qu’on leur raconte une belle histoire et qui alors, souvent, versent une larme. Vous vous reconnaissez ? Courrez au Rond-Point pour ceux qui peuvent, ou, en attendant une reprise, plongez-vous dans la BD, tendre et délicate.

Marie-Ève

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s