Entre deux mondes

Olivier Norek, Pocket, novembre 2018, 1re édition Michel Laffon 2017

Un polar, pour changer un peu des romans, étrangers ou francophones. Et quel plaisir j’ai pris à le lire ! celui-ci n’a pas été arrêté en route. Au contraire : plus je tournais les pages, plus j’avais envie de les tourner. Après quelques chapitres nécessaires pour exposer l’action, dans lesquels il faut laisser aux personnages le temps de s’installer, j’ai dévoré.

Le livre se passe à Calais, cet « entre-deux-mondes » que sont la Syrie d’un côté (ou le Soudan, ou l’Afghanistan, ou tout autre pays dont les habitants veulent fuir les dangers) ; et l’Angleterre, eldorado fantasmé, de l’autre. Calais et sa jungle, dont les règles sont particulières, là aussi entre deux mondes : les règles, parfois inhumaines, que l’on doit faire respecter, surtout lorsqu’on est policier ; et le cœur, que l’on doit suivre pour pouvoir SE respecter, même quand on est policier.

On y suit Bastien, lieutenant de police, son épouse Manon, et leur fille Jade, ado de quatorze ans qui « comme toutes les ados, n’aime pas son prénom » (et il n’y a pas que le prénom qu’elle n’aime pas !). Ils sont arrivés là par choix, pour le bien de Manon, dépressive, dont la mère habite à côté. Et ce sont bien les seuls puisque comme le précise son supérieur le capitaine Dorsay, on ne part pas de Calais : les demandes de mutations ne sont pas acceptées…

A côté d’eux, Adam, policier syrien qui œuvrait clandestinement pour l’Armée syrienne libre, fuit son pays, par crainte d’avoir été démasqué. Il fait partir son épouse Nora et sa fille Maya avant lui, et n’aura de cesse, une fois parvenu à Calais, de les retrouver. Et auprès de lui, à Calais, Kilani, le petit Soudanais qui le suit comme son ombre.

Au travers de ses personnages, et quelques autres secondaires, mais bien incarnés, le livre décrit avec une grande humanité cette « jungle », réceptacle des misères humaines et sas d’attente de l’espoir. On y croise les humanitaires qui tentent d’aider au mieux les réfugiés. On y croise les réfugiés qui s’organisent comme ils peuvent : survivre avant tout ; traverser au plus vite et coûte que coûte ensuite ; on y entend des récits de vie qui hérissent et révoltent.

Et puis on espère, page après page, et on les tourne en haletant, impossible de s’arrêter avant de connaître la fin, fin qui réserve des surprises jusqu’au bout.

« Entre deux mondes » décrit également extrêmement bien l’univers de la police, ses héros du quotidien, ses faiblesses, ses dérapages, son humanité. Et Olivier Norek sait de quoi il parle, il est lui-même lieutenant à la section Enquête et Recherche du SDPJ 93 : et ça se voit. Citons un exemple parmi d’autres, qui m’a fait sourire : à peine entré en fonctions, Bastien accompagne les policiers de la BAC pour « voir la Jungle ». Arrivé devant leur voiture, Bastien relève avec surprise qu’il s’agit d’un Nissan Qashqai : « comme véhicule de police, déjà c’est pas commun. Mais avec un toit vitré ! C’est une blague ? Vous le collez où, le gyrophare aimanté si vous n’avez pas de toit en métal ? » Ce à quoi le policier répond désabusé : «  On le tient à la main ou on le met sur le tableau de bord, comme les flics dans les séries américaines. Tant que les décisions seront prises par des gens qui ne connaissent rien à notre boulot, c’est le genre de conneries qu’on devra supporter ». Ca sent le vécu…

Enfin, une fois que vous aurez achevé ce livre qui se dévore, n’oubliez pas de lire la page des remerciements, un bijou dans lequel l’auteur remercie entre autres : « Les libraires dont le combat quotidien pour exister force le respect. Lorsque nous n’aurons plus de librairie nous n’aurons plus que l’annuaire à lire. Les blogueurs. Pour les petits blogs, les grands, ceux avec de l’émotion, ceux avec des fautes, ceux avec du cœur, ceux avec de la poésie, ceux qui deviennent plus que de simples connaissances, ceux qui parlent de tous les auteurs, ceux qui font tenir les murs avec leur PAL, ceux qui te disent quant c’est mauvais et ceux sui t’accompagnent dans les salons. » Alors Olivier, si tu me lis : sache que, j’espère sans trop de fautes, avec ou sans poésie, mais avec beaucoup d’émotion ressentie, et sans que l’on se connaisse (encore !), j’ai adoré ton livre : MERCI !

Et ce livre il est pour qui ? Pour tous les amateurs de polars, ceux qui aiment quand le livre fait frémir et que l’on est suspendu aux pages. Ceux qui aiment qu’un livre leur parle de la vraie vie, même si elle n’est pas rose. Ceux qui ne ferment pas les yeux et veulent savoir. Ceux qui aiment l’humanité des personnages de flics, parce que oui, il y en a. Beaucoup.

Marie-Eve

12 commentaires sur “Entre deux mondes

  1. Par chance, ce matin , je partais pour Nantes…gare Montparnasse je l’ai trouvé au Relais H…j’ai redoublé de chance: mon train a eu une 1h30 de retard, je l’ai pratiquement terminé,
    c’est un bijou!
    il ne me reste plus qu’à retourner chez Antipodes, acheter tous ses autres romans !
    Merci Marie-Eve!

    Aimé par 1 personne

  2. …. et finalement je l’ai lu. c’est une claque. oui, c’est un livre pour ceux qui ne veulent pas se voiler la face, ceux qui veulent savoir. maintenant j’en sais un peu plus. Le malaise que cela me laisse, c’est de ne rien pouvoir faire. Mais je lirai sans doute d’autres livres d’Olivier Norek.

    J'aime

    1. Une claque, c’est tout à fait ça. Et encore et toujours d’actualité malheureusement… Je n’ai pas encore fini de lire les autres, mais le premier « Code 93 », dans un genre très différent (encore que toujours très réaliste), est excellent aussi. Il faut apparemment les lire dans l’ordre ! Bonne lecture 😊

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s