Bacchantes

Céline Minard, Rivages, janvier 2019, 106 pages, 13,50€

 

Honk-Kong. Un typhon s’approche. Dans un bunker hautement sécurisé se déroule une prise d’otage hors norme. Ici, ce ne sont pas des êtres humains qui sont retenus, mais des bouteilles de vin. Des bouteilles évaluées à près de 350 millions d’euros. Voilà le début de « Bacchantes » de Céline Minard. Trois séquestreuses, une capitaine chargée de l’enquête, un négociateur, le « gardien » des bunkers (un ancien ambassadeur à la retraite) : voici les protagonistes du roman.

Le livre va vite, servi par une langue ciselée. Les scènes s’enchaînent, qui se déroulent parfois vues du côté des enquêteurs, parfois vues du côté des séquestreuses. Tout est ellipse, les personnages sont esquissés, parfois on ne sait d’eux que les bribes d’information lâchées dans quelques dialogues. Mais cela suffit à les rendre bien vivants, et à laisser deviner leurs forts caractères.

Que veulent les séquestreuses au juste ? Personne ne comprend vraiment. Leurs demandes sont variées : de l’argent, du maquillage de luxe, un hélicoptère pour pouvoir s’enfuir. Ou peut-être, le plaisir d’être enfermées avec de très bonnes bouteilles, et pouvoir jouer avec elles (la partie de bowling est effrayante et jouissive à la fois, p. 24) ? Ou encore, plus simplement, le plaisir de pouvoir se servir dans une cave d’exception, et goûter, par exemple, un romanée-conti 1969. Sous-jacent, le fantasme de l’auteure n’est sans doute pas très loin…

Car Céline Minard aime le vin, elle le dit et elle l’écrit. Les quelques pages qu’elle consacre ainsi à ces divines bouteilles parlent d’elles-mêmes :  » Chacune est un condensé, une métonymie organique, la rencontre d’un savoir-faire avec un sol et une année hasardeuse et unique. Elles sont toutes chargées de mémoire, pleines d’avenir, dans chacune une vie fermente. » Soudain, on se prend à avoir soif…

L’auteure, enfin, raconte ce thriller viticole avec drôlerie et une plume vive (où les dialogues ont la part belle), les deux étant souvent intimement liés.

 » – (…) je vous rappelle que vous êtes sous le coup de plusieurs chefs d’accusation: introduction par effraction, vol, vol qualifié, complot pour vol, déguisement, vandalisme et…

– Braquage d’une arme !

La Clown sort un tire-bouchon et pointe la mèche vers la caméra. Elle sourit jusqu’aux oreilles.

– Tu changes de ton, mon capitaine.

– Déguisement, c’est un chef d’accusation ?

– Vol.

– Alcoolisme c’en est un ?

– Vandalisme !

– On boit des coups, on joue aux quilles !

– C’est pas toi qui décides.

– Tranquilles.

– Vol, vol, vol.  »

On voit que le rythme est saccadé, on pourrait se croire dans un film, tourné de très près, caméra au point. « À bout de souffle » de Godard, n’est pas très loin. Ou bien peut-être la chanson de Nougaro éponyme, hommage à ce même film. Les dialogues sont brefs, ils percutent, les phrases sont fortes et rythmées.

On comprend Céline Minard (entendue hier à la Maison de la poésie à Paris) quand elle explique qu’avant d’écrire elle « s’imprègne » de son sujet. Elle voit des films, parfois plusieurs fois, va au musée, voit des documentaires, se documente, lit. Et quand elle est prête elle se lance. On ressent cette imprégnation en la lisant.

Alors ce livre il est pour qui ? Les amateurs de vin, pour le plaisir qu’ils auront à lire des descriptifs subtils et à laisser le nom de vins prestigieux gouleyer dans leur bouche. Il est pour ceux qui aiment l’action, les thrillers, pour le thème du livre, coup de poing et action rapide. Il est pour ceux qui savourent les phrases ciselées et ceux qui aiment quand le fond déteint sur le style. Il est enfin, pour les paresseux (dont je fais partie !) qui aiment les livres courts et incisifs (104 pages, mais tout est dit !).

Marie-Ève

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s