Nous sommes aujourd’hui réunis

Jamie Weisman, Actes Sud, juin 2019, 334 pages, 22,50€.

Atlanta, Etats-Unis, la belle Elizabeth Gottlieb, qui fait partie de la bourgeoisie juive de la ville, est sur le point de se marier. Cet événement n’est que le prétexte à un magnifique roman choral, où s’égrènent les portraits de femmes et d’hommes banaux et extraordinaires à la fois.

Une jeune fille portant en bandoulière une tâche de naissance avec laquelle elle a tenté de se construire ; le grand-père de la mariée, prince déchu, cloué dans un fauteuil roulant par un AVC, muet et qui observe le monde du haut de son silence alors que tout le monde pense qu’il a perdu la raison ; un ami du père de la mariée, un des seuls goy de l’assistance, qui noie les horreurs de la guerre du Vietnam dans une vie loufoque et effrénée… Les personnages de mère, de fils, de grand-mère, d’amis, se succèdent au fil des pages. Tous ont un proche ou lointain lien avec Elizabeth, qu’on ne verra d’ailleurs jamais ; loin d’être l’héroïne de ce livre, dont on aurait pu penser au moins qu’il dresserait, en creux, son portrait, elle n’est que le fil rouge qui relie toutes ces personnes qui la connaissent ou l’ont connue. Un relais de voix en étoile dont elle serait le centre un peu effacé, un prétexte avec finalement peu d’intérêt.

Toute la saveur du roman de Jaimie Weisman réside dans ces instantanés de vie. Ces quelques pages qui racontent un destin, des peurs, des interrogations, des failles, des convictions, des envies, de l’amour et des doutes. La vie, quoi. Chacun, de son point de vue, livre des réflexions sur la famille, l’amitié, l’amour, la maladie, la guerre, la mort, sur la façon de rester debout et de continuer dans ce monde. Certains d’entre eux sont particulièrement touchants. À commencer par Rachel – à mon sens, la figure centrale du roman – grande-tante de la mariée, qui a fui l’Allemagne en 39, laissant sur place l’essentiel de sa famille. Ou comment poursuivre après l’horreur. Elle est effondrée et lumineuse, lasse et vivante à la fois, remplie d’émotion, et nous en procurant (p. 224 et 303). Mention spéciale également pour la mère de la mariée, qui voit ses enfants grandir, et elle vieillir, toute pétrie d’un doux mélange de nostalgie et d’acceptation (p.263).

On navigue dans ces pages, on se laisse bercer par des voix toutes différentes, mais, chacune pour des raisons spécifiques, très touchante. Chaque personnage a son ton, sa personnalité bien trempée, et nous emporte avec lui. On sourit, on est ému, et on se souvient, nous aussi, du temps qui passe, et des méandres de la vie.

Alors ce livre il est pour qui ? Pour tous les amateurs de roman choral, et de roman juif (la religion y est assez présente), incontestablement. Mais aussi pour ceux qui aiment la poésie d’une vie entr’aperçue, au travers d’une porte tenue légèrement ouverte, comme un monde qu’on veut montrer mais qu’on se contente de laisser deviner avec retenue. Pudeur, profondeur, et émotion, sont les mots-clés de ce roman. Un très beau livre.

Marie-Ève

Un commentaire sur “Nous sommes aujourd’hui réunis

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s