Conversations entre amis

Sally Rooney, éditions de l’Olivier, 5 septembre 2019, 296 pages, 23€

Ce livre est un grand livre. Il dit tout et il ne dit rien. Il se passe à Dublin mais ce pourrait être en France, aux Etats-Unis, ailleurs. Il ne se passe pas grand-chose et pourtant, toutes les questions essentielles sont abordées, l’amour, l’amitié, la maladie, l’avenir. Il a un ton, une langue, unique et irritante, unique et poétique, lancinante. Une musique dont on a du mal à se déprendre.

Frances a 21 ans, elle est étudiante en lettres à Dublin. Avec son amie Bobbi, dont elle a été brièvement l’amante lorsqu’elles étaient lycéennes, et qui est depuis sa meilleure amie, elles se produisent sur scène pour déclamer des poèmes. C’est ainsi qu’elles font la rencontre de Melissa, auteure et photographe, puis de son mari Nick, acteur. Les sentiments entre les quatre sont glissants, entre séduction et hésitation, détestation, faux-semblants, sincérité et plaisir. Qui est avec qui, qui aime qui ? Dans la bouche et sous la plume de Frances s’étirent les interrogations et les pulsions et s’esquissent les personnages. Tout en nuances. La vie est un jeu sérieux, l’amour en est le bras armé. Les histoires se font, se tissent et se défont, éternel recommencement. L’analyse du sentiment amoureux, particulièrement du poly-amour et de l’adultère, est chirurgicale, impressionnante de précision. Et revisitée à l’aune de la modernité et d’une nouvelle façon de concevoir les relations amoureuses. Autour des considérations sur l’amour s’égrènent, suppose-t-on, les préoccupations de la plupart des jeune vingtenaires aujourd’hui. Le reflet d’une génération polyforme, sans tabous, combative et en interrogations.

Pour servir l’universalité de son sujet, l’écriture de Sally Rooney est unique. Entre monologue, flux de pensées sans aucun tabou, où les mots surgissent, nous donnant une rare impression de  simplicité et de spontanéité (alors même qu’évidemment, pour parvenir à ça, le travail a dû être immense…), et conversations rapportées toujours en style indirect, de façon précise et détaillée, elle parvient à garder une impressionnante unité.

Alors ce livre il est pour qui ? Il est pour tous ceux que les millenials intéressent ! En fermant le livre, on a la légère impression de, peut-être, mieux les comprendre. Il est pour ceux que les histoires d’amour passionnent, celles racontées dans le livre sont intenses, denses, pleines de chair, complexes à souhait. Il est, aussi, pour ceux qui aiment se laisser bercer par la musique de la langue.

Marie-Eve

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s