Atlas de l’Anthropocène

François Gemenne, Alessandra Rankovic, Atelier de cartographie de Sciences Po, Sciences Po Les Presses, juill. 2019, 158 p., 25€

C’est dans une période de mobilisation de la jeunesse que parait l’Atlas de l’Anthropocène. Tout d’abord Atlas, qui était dans l’antiquité une figure mythologique sur qui reposait tout le poids de la Terre. A la suite, un terme moins connu :  Anthropocène. Dans cet atlas, nous découvrons non seulement le sens mais également l’impact de ce phénomène ou plutôt de ce changement, sur notre planète et nos vies. En effet le terme de l’Anthropocène qui apparait autour des années 2000, désigne cette nouvelle ère dans laquelle nous sommes entré.e.s : celle de l’Anthropos, de l’Homme. Lire la suite « Atlas de l’Anthropocène »

Les Indes fourbes

Alain Ayroles et Juanio Guarnido, Delcourt, août 2019, 150 p., 34,90€

Le titre, déjà, est magnifique et mystérieux. On croit d’abord aux Indes des Maharadjas, même si la couverture montre un bel hidalgo, tout droit sorti d’un tableau de Velasquez ; on se rend compte très vite qu’il s’agit des « Indes américaines », celles de Christophe Colomb et des conquistadors. Première tromperie. Et pourquoi sont-elles « fourbes », ces Indes ? Il faut lire cette bande dessinée en entier, les renversements de situation successifs en fourniront l’explication. Lire la suite « Les Indes fourbes »

Miss Islande

Audur Ava Olafsdottir, éditions Zulma, 268 pages, 20,50€

Jamais titre d’un livre n’aura été aussi trompeur ! Et malin en même temps… On est dans les années 60 en Islande et ici, comme partout ailleurs, il est dur d’être une femme et de vouloir accomplir son destin. Celui d’Hekla est d’écrire, de devenir auteur. Elle a vingt-et-un ans, vit dans la ferme paternelle, a déjà achevé quatre manuscrits, et comme elle veut pouvoir en faire un métier elle décide de partir, machine à écrire sous le bras, à Reykjavik, passion chevillée au corps. Dans le bus qui l’emmène à la capitale, un de ses voisins lui suggère de tenter sa chance au concours de Miss Islande. Car « elle est vraiment mignonne dans ce pantalon à carreaux ». Et voilà le titre justifié. Sauf que Hekla se fiche bien de devenir Miss Islande. Lire la suite « Miss Islande »