L’île des âmes

Piergiorgio Pulixi, Gallmeister 2021, 538 pages, 25,80€

Eva Croce et Mara Rais, formant une équipe nouvellement constituée au service des « crimes non élucidés » de Cagliari nous entraînent ici dans une intrigue palpitante, sur fond de meurtres rituels. Ce livre est une pépite : roman noir, suspense qui monte, duo de policières de choc, dépaysement garanti (on est au cœur de la Sardaigne, ses rites, ses silences), ironie mordante. Tous les ingrédients du très très bon roman sont réunis.

Eva Croce est milanaise, cabossée et douloureuse. Fraîchement débarquée à Cagliari, son exil sarde cache de profonds mystères, personnels et professionnels, qui nous seront dévoilés au fil du roman. Mara Rais est sarde, d’un caractère tempêtueux, voire indiscipliné, indépendante au plus haut degré, jurant comme un charretier dans un patois délicieux que le traducteur nous fait la joie de laisser dans le texte, se contentant de nous le transposer (petite parenthèse d’ailleurs ici pour vanter les mérites de la traduction d’Anatole Pons-Reumaux, le texte français est sublime et a su garder – en tous cas on le suppose – toutes les subtilités, l’âpreté, la singularité de l’italien et du sarde). Toutes les deux sont de brillantes policières, mais sont aussi touchantes et attachantes, dans leurs faiblesses et leurs failles. Foin du héros infaillible à la testostérone débordante !

Les deux policières vont devoir collaborer et s’apprivoiser, et la franchise et la singularité de leur relation est un des axes intéressants du roman. Pour des raisons différentes, elles sont exclues de leurs services d’origines respectifs et amenées à travailler ensemble au département « des crimes non élucidés » de la police de Cagliari. Parmi les dossiers à examiner, deux meurtres de jeunes femmes dans les années 70 et 80, qu’un vieux policier malade, Moreno Barrali tente depuis des décennies, seul contre tous, d’élucider. Ces crimes ont pour particularité de présenter une dimension rituelle importante, et d’avoir été commis sur des jeunes femmes dont personne n’a signalé la disparition. La toile de fond est prête. Et lorsqu’une jeune femme disparaît, peu de jours avant sa die de sos muertes (le jour des morts), le pire est à craindre. L’enquête démarre sur les chapeaux de roues.

Le livre est profond, entouré de silence et de mystères, l’enquête proprement dite s’intercalant avec des scènes se déroulant au cœur de la Sardaigne, dans des villages isolés où le temps semble s’être arrêté. L’auteur retranscrit parfaitement l’atmosphère de cette île (l’île des âmes on peut supposer que c’est aussi la Sardaigne…), son mystère, ses traditions ancestrales, un rapport particulier à la nature.

L’histoire est en outre servie par une écriture délicate (oui, j’affirme l’adjectif même s’il s’agit d’un roman policier !), notamment dans ses descriptions de la Sardaigne, de la nature notamment. On est plongé dans l’île et on n’a qu’une envie : y aller à son tour pour se laisser transporter dans ce maquis profond et mystérieux, un peu frissonnant, séculaire et vert. Par ailleurs, et heureusement étant donné le contexte ! l’auteur sait instiller de légères touches d’humour, dans les dialogues entre les deux policières par exemple, qui détendent l’atmosphère lorsque celle-ci se fait trop pesante.

Et enfin, il faut le dire ici car si c’est une des particularités des livres publiés par les éditions Gallmeister, c’est encore plus vrai de ce roman-ci : la maquette est sublime. L’illustration de la couverture, représentant un masque rituel coloré sur fond vert forêt, couplé à la douceur de la matière utilisée, font partie de l’expérience de lecture : douceur et sensualité contrastent de façon magique avec la violence et le mystère du propos. Du grand art…

En résumé vous avez là un excellent livre qui vous tiendra en haleine de nombreuses heures !

Alors ce livre il est pour qui ? Tous les amateurs de romans policiers sombres aux intrigues bien ficelées, tous les anthropologues en herbe attirés par les mystères des peuples antiques, tous ceux qui ont envie de voyager sans quitter leur canapé (ah oui, il y a quelques personnes dans cette situation en ce moment ?). Un gros coup de cœur !

Marie-Eve

Un commentaire sur “L’île des âmes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s