Les Inconsolés

Minh Tran Huy, Actes Sud, janvier 2020, 310 p., 21,50€

Lise et Louis s’aimaient, avec la force de ce premier amour qui prend de front quand on est jeune, une évidence, une attirance, une romance. Mais leur amour n’a pas duré, et Lise n’est plus. Et on comprend très vite que sa disparition est tout sauf naturelle. Entre conte de fées, roman social, et thriller, Minh Tran Huy signe là un quatrième roman d’une grande finesse psychologique, et haletant, qui recèle des surprises jusqu’à la dernière ligne. Tous les ingrédients sont réunis pour un très bon roman. Lire la suite « Les Inconsolés »

Les Services compétents

Iegor Gran, éditions P.O.L, janvier 2020, 302 p., 19€

« Moscou, 1965.

– Ah ! si on avait mis moins de temps à pister Siniavski ! C’est sûr que sa femme ferait moins l’arrogante. Quand une affaire traîne depuis 1959… on perd en crédibilité.

Ainsi pense, en me tenant dans ses bras, le lieutenant du KGB Evgeni Feodorovitch Ivanov, venu faire une perquisition chez ma mère – j’avais neuf mois. »

Il est assez rare (désolée pour les éditeurs lecteurs !) que j’apprécie une quatrième de couverture et la juge à propos au point de la reproduire. Mais là vraiment, en quelques phrases, tout y est !

Lire la suite « Les Services compétents »

Les choses humaines

Karine Tuil, Gallimard, août 2019, 352 p., 21€

Voilà deux mois que je ne sais comment écrire un article sur ce livre essentiel, et voilà qu’il a maintenant raflé des prix, que tout a été dit, et qu’il est peut-être trop tard. Mais alors que le sujet des violences faites aux femmes envahit le devant de la scène médiatique, enfin, je me dis que finalement non ; ce ne sera peut-être qu’un minuscule caillou en plus dans le débat, mais chaque caillou, même minuscule, compte.

Lire la suite « Les choses humaines »

Un dimanche à Ville-d’Avray

Dominique Barbéris, éditions arléa, août 2019, 128 p., 17€

Deux sœurs, quadragénaires, aux vies bien installées, mariées, vivant à Paris pour l’une, à Ville d’Avray pour l’autre. Le temps les éloigne mais l’enfance soude. Elles se voient rarement ; il y a une distance insoupçonnée entre Ville d’Avray et Paris. Et puis le mari de la narratrice, hyperactif, n’aime pas ces dimanches de banlieue qui s’étirent. C’est un dimanche pourtant, tandis que la narratrice est seule, qu’elle décide de rendre visite à sa soeur. Qui, seule aussi, entre un mari médecin qui est de garde et une fille qui part au cinéma avec son amoureux, lui livre alors un secret. Ces pages sont le récit de ce secret, dans une écriture sensible et puissante.

Lire la suite « Un dimanche à Ville-d’Avray »

La Mer à l’envers

Marie Darrieussecq, P.O.L, août 2019, 18,50€

Comment écrire sur le drame des migrants ? Comment, en étant artiste, apporter sa pierre à la dénonciation ? Marie Darrieussecq le fait, et le fait très bien, et par ce livre elle montre – mais était-il besoin de le prouver ? – que l’artiste, quel qu’il soit, quand il est ancré dans son époque, les yeux grands ouverts, est indispensable. Lire la suite « La Mer à l’envers »