La vraie vie de Vinteuil

Jérôme Bastianelli, Grasset, coll. Le courage, janvier 2019, 270 pages,

Tout fan de Proust se doit de lire ce livre !

Le propos de l’auteur, Jérôme Bastianelli, est simple, mais original : inventer la vie de Georges Vinteuil, ce musicien qui tient une place si importante dans la « Recherche », notamment comme étant l’auteur de la « petite sonate », celle qui berce la naissance d’ « Un amour de Swann ». D’ailleurs, l’exergue, issu de « Du côté de chez Swann » résume bien l’intention : « La pensée de Swann se porta pour la première fois dans un élan de pitié et de tendresse vers ce Vinteuil, vers ce frère inconnu et sublime qui lui aussi avait dû tant souffrir ; qu’avait pu être sa vie ? au fond de quelles douleurs avait-il puisé cette force de Dieu, cette puissance illimitée de créer ? » L’auteur va donc s’attacher dans ce roman à répondre à cette question posée par Proust, en inventant la vie de ce Vinteuil. Lire la suite « La vraie vie de Vinteuil »

Les Porteurs d’eau

Atiq Rahimi, P.O.L, janvier 2019, 286 p., 19€

1er février, premier coup de cœur du mois !

Ce livre, « Les Porteurs d’eau », démarre le 11 mars 2001, tandis que les Talibans détruisent les deux Bouddhas de Bâmiyân en Afghanistan, et il entremêle les fils de deux histoires merveilleuses (« merveilleuse » dans tous les sens du terme : qui suscite l’étonnement et l’admiration, mais aussi qui relève du prodige ou de la magie). L’une prend place en France, où Tom, Français d’origine afghane, se réveille un matin pour quitter le domicile conjugal et rejoindre son amante à Amsterdam. La deuxième se situe à Kaboul, où Yûsef se réveille une nouvelle fois aux côtés de sa belle-sœur, la femme de son frère, pour laquelle il éprouve des sentiments qui le dépassent, des sentiments qu’il ne sait pas nommer mais qui ressemblent à l’amour. Lire la suite « Les Porteurs d’eau »

Le baiser

Sophie Brocas, Julliard, janvier 2019, 297 pages, 20€.

Non, il n’y a pas QUE Houellebecq en cette rentrée littéraire de janvier ! Et heureusement ! A l’office du 3 janvier se trouvait une pépite, un livre bien construit, instructif, à l’histoire intéressante, bien écrit, pas du tout morose, parfois drôle. Bref, une pépite, mon premier coup de cœur de l’année ! Lire la suite « Le baiser »

Mai en automne

Chantal Creusot, éditions Zulma, 2014 (1re édition 2012), 284 pages, 9,95€

Dans une petite ville du Cotentin, pendant la Seconde Guerre mondiale, les destins de Marie, Lucile, Solange, Simon, Michelle, Jacques, Madeleine, et quelques autres, se croisent et s’entremêlent. On s’aime, on se hait, on se marie, on fait des enfants, on s’étonne, on se croise, on s’indiffère, on vit ensemble,  on grandit, on change, on pleure, on s’assagit, on vieillit. En bref, on vit. Lire la suite « Mai en automne »

La Dame de Monsoreau

Alexandre Dumas, 1re édition 1846, Folio,  983 pages

Ce livre est une histoire d’amour et d’aventures qui se déroule en France en 1578, sous le règne d’Henri III, en pleine guerres de religion. Il raconte  d’abord l’histoire d’amour impossible entre la Dame de Monsoreau et le seigneur de Bussy. Elle est impossible (ou en tous cas compliquée…), parce que Diane de Méridor (la Dame de Monsoreau) vient de se marier ; et en plus, le Prince (Duc d’Anjou, frère du Roi et également le maître du seigneur de Bussy) est amoureux d’elle. Cette histoire d’amour est le fil rouge du roman. Lire la suite « La Dame de Monsoreau »

Salina – les trois exils

Laurent Gaudé, Actes Sud, octobre 2018, 149 pages, 16,80 €

J’ai hésité à écrire sur ce livre, sorti depuis trois mois, et sur lequel tout a été dit déjà. Et en même temps, je pense qu’il est impossible de trop en parler. Alors modestement, j’ajoute une petite pierre sur l’autel des louanges.

L’histoire de Salina avait déjà été racontée par Laurent Gaudé en 2009, sous la forme d’une pièce de théâtre. Passer au roman n’a rien enlevé à la force de l’histoire. Lire la suite « Salina – les trois exils »

Ma dévotion

Julia Kerninon, La brune, éditions du Rouergue, août 2018, 299 pages, 20€

Epoustouflant. Un des plus beaux livres lus cette année. Une voix, un souffle qui emporte et fait danser. Les mots sont projetés sur la page blanche, en de courts chapitres, démarrant au milieu de la page, et je suis bien certaine que la mise en page et la façon d’écrire ces bouts de vie qui s’enchaînent font pour beaucoup dans le plaisir de lire ce livre, que l’on ne peut quitter une fois que l’on a commencé. Tel une ogresse mangeuse de mots, je l’ai englouti. Très vite. Parce qu’il était impossible de ne pas tourner pour poursuivre, de quitter Helen et Franck. Mais reprenons au début. Lire la suite « Ma dévotion »