Les Indes fourbes

Alain Ayroles et Juanio Guarnido, Delcourt, août 2019, 150 p., 34,90€

Le titre, déjà, est magnifique et mystérieux. On croit d’abord aux Indes des Maharadjas, même si la couverture montre un bel hidalgo, tout droit sorti d’un tableau de Velasquez ; on se rend compte très vite qu’il s’agit des « Indes américaines », celles de Christophe Colomb et des conquistadors. Première tromperie. Et pourquoi sont-elles « fourbes », ces Indes ? Il faut lire cette bande dessinée en entier, les renversements de situation successifs en fourniront l’explication. Lire la suite « Les Indes fourbes »

Cortázar

De Marc Torices (dessins) et Jesús Marchamalo, traduction de l’espagnol Benoît Mitaine, éd. Presque Lune

La couverture : un personnage tout en longueur, cheveux noirs, raie sur le côté, grands yeux étonnés et profonds. Six portraits en pastille, Julio Cortázar, de jeune à plus âgé. Et de la couleur, des dégradés, des touches de fantaisie et de rêverie. On plonge immédiatement dans la vie et l’œuvre de cet immense auteur argentin.

Lire la suite « Cortázar »

Un amour exemplaire

Pièce au Théâtre du Rond Point (jusqu’au 18 novembre), d’après la bande dessinée de Daniel Pennac et Florence Cestac, éditions Dargaud, 2015, 64 pages, 16€, adaptée par Clara Bauer et Daniel Pennac.

Un très joli spectacle issu de la bande dessinée éponyme de Daniel Pennac et Florence Cestac. L’auteur raconte sa rencontre, quand il a 8 ans, avec Jean et Germaine, à La Colle-sur-Loup, petit village des Alpes maritimes. Jean et Germaine, la soixantaine amoureuse. Jean et Germaine, amoureux comme au premier jour. Jean et Germaine sans travail et sans enfant « parce que qu’est-ce qu’on en fait quand on s’aime ». Jean et Germaine moqués par les habitants du village, qui ne les comprennent pas (le récit des tables tournantes et de l’esprit frappeur chez la grand-mère de l’auteur est assez réussi !). Sortie (ou lecture) idéales un week-end de novembre brumeux et froid ! Lire la suite « Un amour exemplaire »