La servante écarlate

Margaret Atwood, Robert Laffont, coll. Pavillons poche, sept. 2019, 538 p.

J’avoue que, n’étant pas particulièrement attirée par la science-fiction et autres dystopies, je faisais, il y a encore quelques jours, partie de ceux qui n’avaient ni lu, ni vu la « Servante écarlate ». Partie aussi de celles et ceux qui se trouvaient un peu dépassés par l’engouement suscité par la sortie événement de « The Testaments ». Oui mais ça c’était avant. Je viens d’achever le livre fondateur de Margaret Atwood et j’ai compris. Lire la suite « La servante écarlate »

Se défendre – Une philosophie de la violence

Elsa Dorlin, éditions La Découverte, coll. Zones, octobre 2017, 252 pages, 18€

Elsa Dorlin, professeure de philosophie à l’Université Paris 8, kung-fu fighter, et militante féministe, propose dans cet ouvrage de retracer une généalogie de l’autodéfense politique. Elle analyse diverses situations dans l’Histoire où la violence a pu constituer une ressource ultime pour des individus dont on niait la qualité de sujets. De la révolte des esclaves à Saint-Domingue en 1791 à l’autodéfense organisée de communautés LGBT à San Francisco dans les années 1970 en passant par le mouvement suffragiste anglais (dont les militantes pratiquaient l’art martial japonais du ju-jitsu pour faire face à la brutalité policière), l’auteure retrace ainsi de manière passionnante les techniques corporelles d’autodéfense mobilisées par divers groupes dominés à travers l’histoire. Lire la suite « Se défendre – Une philosophie de la violence »