Le Tour de l’oie

Erri de Luca, Gallimard, coll. du Monde entier, mars 2019, 159 p. 16€

En forme d’avertissement, la préface fournit un mode d’emploi de ce livre qui emporte les réflexions de l’auteur sur lui-même et sur le monde : il doit se lire de la même façon que le cerveau relie les points lumineux entre deux battement de paupières, reconstituant un monde caché et subtil.

Lire la suite « Le Tour de l’oie »

Proust, prix Goncourt (une émeute littéraire)

Thierry Laget, éd. Gallimard, mars 2019, 262 pages, 19,50€

10 décembre 1919 : contre toute attente, alors que le monde littéraire bruissait de la victoire facile de Dorgelès pour son « Les Croix de bois », Marcel Proust remporte le prix Goncourt pour « A l’ombre des jeunes filles en fleurs ». Ce livre, en forme de récit chronologique, raconte l’histoire de ce prix, attribué cette année-là à un auteur qui s’était vu refuser par les éditeurs son « Du coté de chez Swann », puis qui s’était auto-édité, et qui restera finalement comme un des plus grands écrivains français du XXe siècle (à mon sens LE plus grand, sans avoir à préciser le siècle…). Lire la suite « Proust, prix Goncourt (une émeute littéraire) »

Surveiller et punir

Michel Foucault, 1975, éditions Gallimard, collection Tel, 360 pages

Il est difficile de parler de ce livre, qui fait 360 pages, très denses, en quelques lignes ! Mais s’il faut en noter quelques-unes (pour faire plaisir à ma mère 😊), les voici… Cet ouvrage détaille l’évolution des systèmes disciplinaires et d’enfermement (dans lesquels l’auteur range la prison bien sûr, mais aussi, de façon plus surprenante me semble-t-il, l’école, où l’hôpital). Et ce faisant, Michel Foucault interroge ce que nous apprennent ces structures sur les relations de pouvoir au sein de la société, ainsi que le contrôle de la société sur les corps. Lire la suite « Surveiller et punir »

La nuit du cœur

Christian Bobin, éditions Gallimard, septembre 2018, 202 pages, 18€

Livre achevé cette nuit et je suis touchée au cœur justement. J’ai tenté de respecter ce livre magnifique publié dans la collection Blanche, dans un format inhabituel, en me contentant de noter les pages que j’aimais, mais très vite, le livre s’est retrouvée corné, gribouillé, souligné, entouré. Bercée par les mots, tous les mots, qui dansent sur la page et portent et transportent. Ce livre est un poème, une longue lettre d’amour, emplie de mysticisme (« Quand la lettre d’amour est parfaite, ce n’est même plus l’histoire de celui ou celle qui la reçoit »  sont les mots qui achèvent le livre). Lire la suite « La nuit du cœur »