Houellebecq, un monde de solitudes

Nicolas Dissaux, L’Herne, 2019, 86 pages, 8,50 €

Houellebecq, encore ? Oui, mais de façon détournée. Personnellement je n’ai aucun problème à avouer que j’ai toujours eu un peu de mal avec Houellebecq. Je pense avoir lu tous ses livres ou presque, parce qu’à chaque fois je me dis que j’ai dû rater quelque chose, étant donné la liste impressionnante de gens, que j’estime, qui le lisent et l’admirent. Nicolas Dissaux fait partie de ceux-là. Professeur de droit reconnu, civiliste renommé, spécialiste des rapports entre droit et littérature (entre autres sujets de prédilection), il est un fervent admirateur de cet auteur et lors des quelques fois où j’ai eu l’occasion de l’écouter parler sur le sujet, je suis toujours repartie en me disant qu’il fallait que je réessaye. L’aveu qui suit n’étonnera donc personne : par écrit, cela me fait le même effet. J’ai fermé le livre et me suis dit que décidément, je devrais reprendre les ouvrages de Houellebecq parce que l’ironie, la clairvoyance, la lumière et l’amour dans son œuvre m’avaient échappés. Et que c’était dommage. Lire la suite « Houellebecq, un monde de solitudes »