Les Services compétents

Iegor Gran, éditions P.O.L, janvier 2020, 302 p., 19€

« Moscou, 1965.

– Ah ! si on avait mis moins de temps à pister Siniavski ! C’est sûr que sa femme ferait moins l’arrogante. Quand une affaire traîne depuis 1959… on perd en crédibilité.

Ainsi pense, en me tenant dans ses bras, le lieutenant du KGB Evgeni Feodorovitch Ivanov, venu faire une perquisition chez ma mère – j’avais neuf mois. »

Il est assez rare (désolée pour les éditeurs lecteurs !) que j’apprécie une quatrième de couverture et la juge à propos au point de la reproduire. Mais là vraiment, en quelques phrases, tout y est !

Lire la suite « Les Services compétents »

Le Consentement

Vanessa Springora, Grasset, janv. 2020, 210 p., 18€

« Le consentement » est un livre salutaire sur la prédation sexuelle et l’emprise que peut exercer un homme, homme connu et recouvert d’une aura littéraire, sur une adolescente. Dans la lignée des nombreuses langues qui se délient en ce moment, ou des récits ou romans qui veulent nous aider à comprendre (je pense bien sûr aux « Choses humaines » de Karine Tuil, ou, chroniqué sur ce blog, à  « L’Empreinte » de Alexandria Marzano-Lesnevich), ce livre est important et va contribuer, on le voit déjà, à poursuivre la dénonciation d’un comportement anormal et déviant.

Lire la suite « Le Consentement »

Atlas de l’Anthropocène

François Gemenne, Alessandra Rankovic, Atelier de cartographie de Sciences Po, Sciences Po Les Presses, juill. 2019, 158 p., 25€

C’est dans une période de mobilisation de la jeunesse que parait l’Atlas de l’Anthropocène. Tout d’abord Atlas, qui était dans l’antiquité une figure mythologique sur qui reposait tout le poids de la Terre. A la suite, un terme moins connu :  Anthropocène. Dans cet atlas, nous découvrons non seulement le sens mais également l’impact de ce phénomène ou plutôt de ce changement, sur notre planète et nos vies. En effet le terme de l’Anthropocène qui apparait autour des années 2000, désigne cette nouvelle ère dans laquelle nous sommes entré.e.s : celle de l’Anthropos, de l’Homme. Lire la suite « Atlas de l’Anthropocène »

Les Indes fourbes

Alain Ayroles et Juanio Guarnido, Delcourt, août 2019, 150 p., 34,90€

Le titre, déjà, est magnifique et mystérieux. On croit d’abord aux Indes des Maharadjas, même si la couverture montre un bel hidalgo, tout droit sorti d’un tableau de Velasquez ; on se rend compte très vite qu’il s’agit des « Indes américaines », celles de Christophe Colomb et des conquistadors. Première tromperie. Et pourquoi sont-elles « fourbes », ces Indes ? Il faut lire cette bande dessinée en entier, les renversements de situation successifs en fourniront l’explication. Lire la suite « Les Indes fourbes »

Miss Islande

Audur Ava Olafsdottir, éditions Zulma, 268 pages, 20,50€

Jamais titre d’un livre n’aura été aussi trompeur ! Et malin en même temps… On est dans les années 60 en Islande et ici, comme partout ailleurs, il est dur d’être une femme et de vouloir accomplir son destin. Celui d’Hekla est d’écrire, de devenir auteur. Elle a vingt-et-un ans, vit dans la ferme paternelle, a déjà achevé quatre manuscrits, et comme elle veut pouvoir en faire un métier elle décide de partir, machine à écrire sous le bras, à Reykjavik, passion chevillée au corps. Dans le bus qui l’emmène à la capitale, un de ses voisins lui suggère de tenter sa chance au concours de Miss Islande. Car « elle est vraiment mignonne dans ce pantalon à carreaux ». Et voilà le titre justifié. Sauf que Hekla se fiche bien de devenir Miss Islande. Lire la suite « Miss Islande »

Les choses humaines

Karine Tuil, Gallimard, août 2019, 352 p., 21€

Voilà deux mois que je ne sais comment écrire un article sur ce livre essentiel, et voilà qu’il a maintenant raflé des prix, que tout a été dit, et qu’il est peut-être trop tard. Mais alors que le sujet des violences faites aux femmes envahit le devant de la scène médiatique, enfin, je me dis que finalement non ; ce ne sera peut-être qu’un minuscule caillou en plus dans le débat, mais chaque caillou, même minuscule, compte.

Lire la suite « Les choses humaines »

Le Dictionnaires des émotions

Tiffany Watt Smith, Zulma, coll. Zulma Essais, sept. 2019, 392 pages, 21,50 €

 

C’est simple : tout le monde devrait avoir ce livre dans sa bibliothèque ! Le lire une fois, ou plusieurs, le feuilleter, y revenir. Son objet ? Recenser les émotions dans le monde, en raconter leur histoire, leur émergence, leurs particularités géographiques, les auteurs qui en ont parlé. Un régal. Lire la suite « Le Dictionnaires des émotions »

Honoré et moi

Titiou Lecoq, éditions l’Iconoclaste, 295 p., 18€

Fan de Balzac, fan du « Balzac » de Zweig, j’ai appréhendé ce livre avec curiosité. Pari réussi, je me suis laissée happer dès les premières pages, et ne l’ai plus quitté ! Le sous-titre « Parce qu’il a réussi sa vie en passant son temps à la rater, Balzac est mon frère » donne le ton de l’ouvrage, renforcé encore par l’avant-propos, et le post scriptum final. Bien plus qu’une biographie, c’est une leçon de vie. Lire la suite « Honoré et moi »

La servante écarlate

Margaret Atwood, Robert Laffont, coll. Pavillons poche, sept. 2019, 538 p.

J’avoue que, n’étant pas particulièrement attirée par la science-fiction et autres dystopies, je faisais, il y a encore quelques jours, partie de ceux qui n’avaient ni lu, ni vu la « Servante écarlate ». Partie aussi de celles et ceux qui se trouvaient un peu dépassés par l’engouement suscité par la sortie événement de « The Testaments ». Oui mais ça c’était avant. Je viens d’achever le livre fondateur de Margaret Atwood et j’ai compris. Lire la suite « La servante écarlate »

Un dimanche à Ville-d’Avray

Dominique Barbéris, éditions arléa, août 2019, 128 p., 17€

Deux sœurs, quadragénaires, aux vies bien installées, mariées, vivant à Paris pour l’une, à Ville d’Avray pour l’autre. Le temps les éloigne mais l’enfance soude. Elles se voient rarement ; il y a une distance insoupçonnée entre Ville d’Avray et Paris. Et puis le mari de la narratrice, hyperactif, n’aime pas ces dimanches de banlieue qui s’étirent. C’est un dimanche pourtant, tandis que la narratrice est seule, qu’elle décide de rendre visite à sa soeur. Qui, seule aussi, entre un mari médecin qui est de garde et une fille qui part au cinéma avec son amoureux, lui livre alors un secret. Ces pages sont le récit de ce secret, dans une écriture sensible et puissante.

Lire la suite « Un dimanche à Ville-d’Avray »